COMMUNE D' EVECQUEMONT

Actualités/Edito

Edito

Edito 220 - septembre 2019

L'été 2019 restera dans les annales de la météo comme l'été des extrêmes avec ses records de cha-leur, de puissants orages de grêle et une sécheresse notable. Il se classe en 3e position des étés les plus chauds en France métro-politaine depuis 1900. Et on vient de comprendre que les phénomènes de feux de forêt, de l’Amazo-nie à la Sibérie, vont im-pacter à court et moyen terme la production de CO2 et le réchauffement global de la planète tout entière.

Or voir littéralement le poumon vert de la planète être en partie détruit par les flammes bouleverse et interpelle : Plus de doute, il y a maintenant urgence.  

Halte-là stress, culpabilité, déni, immobilisme et repli sur soi, dont on nous veut faire croire qu’ils seraient une réaction humaine logique face à une telle fatalité. Ce n’est pas vrai ! La réalité est qu’une majorité d’entre nous se sent con-cernée et a d’ores et déjà commencé à changer ses habitudes. Il n’y a donc point de fatalité !  

Il est encore temps d’appliquer les solutions qui sont à notre portée.  

Les actions individuelles de chacun d’entre nous entraineraient une baisse d’un tiers des dégage-ments de CO2 : Diminution de la consommation de viande et consomma-tion local, rationalisation de l’usage autosoliste de la voiture, diminution de la facture énergétique et isolation du logement, achat de produits de seconde main et lutte contre le consumérisme, démarche zéro déchets sont autant d’actes en-gageants qui permettent à chacun de s’investir dans une démarche po-sitive et qui collective-ment apportent une réponse politique. C’est en effet cela qui fera bou-ger les pouvoirs publics.  

Nous entendons régulièrement des voix s’élever pour dire que cela ne sert à rien et que c’est d’abord à l’Etat, aux Etats-Unis ou à la Chine de bouger. Ne nous laissons pas séduire par le « c’est pas moi c’est l’autre ». Il est vrai que l’action des pouvoirs publics est indispensable mais c’est bien l’action citoyenne qui reste le plus grand levier pour faire évoluer les politiques.  

À l’échelle d’Evecquemont, il reste pléthore de choses à faire même si nous menons depuis 2008 multitudes d’ac-tions. L’intercommunalité s’est accaparée de pléthore de domaines mais nous allons conti-nuer nos efforts pour que la vie locale reste agréable.  

Nous avons une chance inouïe d’habiter ce village, de taille humaine, entouré d’espaces naturels et de jardins, qui présente de fait de fortes capacités de résilience.  

Prendre la vie du bon côté  

Les rendez-vous mis en place cet été ont rencontré un beau succès. On retiendra les sourires et la bonne humeur Ce bien-vivre ensemble illustre ce que nous développons dans la commune depuis quelques années : Une réelle douceur de vivre.  

La vie se fabrique par l’échange et le partage. Sans être naïf ou ignorant, il nous appartient de l’ani-mer et de lui donner tout son caractère de bien-être. Nous devons rester posi-tifs. On dit souvent que les choses les plus simples sont les meilleures. La simplicité se résume à manger sainement, trouver un équilibre entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle, s’entou-rer, faire de l’exercice, rêver et s’émerveiller. Une recette efficace dont vous trouverez une partie des ingrédients dans cette édition de septembre. Une rentrée que je vous souhaite vivifiante. 

Ghislaine Senée.  

Maire d’Evecquemont