COMMUNE D' EVECQUEMONT

Actualités/Edito

Edito

Edito n° 211 - septembre 2018

Nous venons de traverser un été particulièrement caniculaire. Cette période marque certainement le début d’une prise de conscience collective des conséquences du réchauffement climatique dont on parle depuis des années. Le départ de Nicolas Hulot du gouvernement, quelque soit ce qu’on en pense, interpelle sur les difficultés de l’Etat à agir en conséquence, malgré les engagements et bonnes intentions affichés. La machine est trop lourde. La bureaucratie trop rigide. 

Les villes et les territoires ont véritablement une carte à jouer. Ils sont en première ligne pour apporter des solutions et permettre d’absorber les chocs à venir . Les actions possibles sont connues. Cela passe par l’aménagement de l’espace urbain (ordonnancement urbain et bâti ; lutte contre l’imperméabilisation des sols, fontaines et points de rafraîchissement, espaces verts et végétalisation…) et par l’entretien et la préservation du patrimoine naturel (en particulier la forêt pour ce qui nous concerne, mais aussi les jardins et espaces de nature en coeur de ville). Ce sont tous ces facteurs réunis qui demain rendront attractifs  ces territoires. Nous avons sur Evecquemont beaucoup de chance car tous les facteurs naturels sont déjà réunis. Le Plan Local d’Urbanisme mis en place en début d’année s’est d’ailleurs particulièrement focalisé sur la protection de ces éléments. Et depuis 10 ans, anticipant avant les autres, nous œuvrons à maintenir ce capital et à le développer. Vous n’avez pas pu le manquer : Evecquemont a été labellisé Territoire à énergie positive pour la croissance Verte (TEPCV). Il est évident que la municipalité n’a pas décidé de placarder autant de panneaux d’information alors qu’elle a toujours cherché à limiter la pollution visuelle. Ces panneaux sont une des obligations imposées par l’Etat pour l’obtention de la subvention liée à la rénovation de l’éclairage public (le fameux passage en LED). Malgré le déploiement non maitrisé de l’insertion de ces panneaux, être « TEPCV » cela permet de mettre en valeur cette action entreprise en matière de réduction de la consommation d'énergie. Mais ce sont aussi les efforts portés par la municipalité dans la lutte contre le gaspillage et la réduction des déchets, la préservation de la biodiversité, l’éducation à l’environnement et toutes les actions autour de l’alimentation (bio en cantine, maraichage bio, distribution de paniers, jardin partagé, …) qui peuvent être soulignés. Plus nous serons nombreux dans les communes à nous mobiliser plus nous contribuerons à améliorer notre environnement et notre capacité à adapter notre territoire aux enjeux climatiques. C’est donc aussi à la communauté urbaine de s’engager très concrètement dans la transition. D’où l’importance de la mobilisation de tous dans le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI—cf page  3). A ce stade, si les objectifs et priorités affichés sont intéressants et ambitieux, ce plan intègre encore des projets incompatibles avec ces orientations et les enjeux à venir. La bataille est donc à mener et nous devons la mener collectivement.

Bonne rentrée à tous.


Ghislaine Senée